Crédit en Suisse

La pandémie, avec la crise de liquidités qu'elle a entraînée, a nécessité une série de mesures d'urgence en matière de crédit aux entreprises. Ceux-ci étaient garantis jusqu'à 100 % par l'État, déchargeant ainsi les banques d'une partie de l'analyse de solvabilité. La suspension des règles de Bâle, qui imposent aux banques des exigences strictes en matière de fonds propres, a également rendu les prêts moins complexes. À la fin de l'année, ces exceptions disparaîtront et le resserrement du crédit commencera probablement à mordre à nouveau. Voici quatre conseils pour rendre votre entreprise éligible à un prêt

Pendant la pandémie, les entreprises ont pu compter sur un certain nombre de facilités pour obtenir un financement. À la fin de l'année, cependant, la situation reviendra à la normale et la difficulté d'accès au crédit pourrait redevenir un problème pour de nombreuses entreprises. Dans ce post, nous allons découvrir

4 conseils pour les entreprises qui cherchent à obtenir un prêt.

Crédit aux entreprises : ce qui nous a amené à la situation actuelle

De 2008 à 2019, les crédits entrants aux entreprises en provenance du canal bancaire ont progressivement diminué, pour atteindre 650 milliards d'euros en octobre de cette année. Un effondrement qui a privé l'économie réelle de ressources. Mais elle a également conduit à l'émergence et au développement de formes alternatives de financement pour les entreprises, des minibons aux marchés privés et aux prêts fintech.

Au cours de cette année de pandémie, les garanties sur les prêts ont été étendues : pour la première fois en neuf ans, le stock de prêts bancaires est passé à 750 milliards à la fin de 2020, soit une augmentation de 42 milliards sur 12 mois, selon la Banque d'Italie. Dans le même temps, les règles relatives aux fonds propres prudentiels des banques ont été assouplies (les "lois de Bâle", nécessaires parce que la crise financière de 2008 est née précisément de l'octroi de prêts à des sujets insolvables aux États-Unis). Dans les deux cas, cependant, il s'agit de conditions temporaires, qui seront levées au cours de la nouvelle année.

Financement des entreprises : quatre conseils

Qu'une entreprise veuille essayer d'accéder au canal bancaire ou qu'elle préfère d'autres formes de financement, elle doit toujours suivre quelques règles d'or pour améliorer ses chances d'accéder au crédit. En revanche, les aspects de gestion et de planification des activités commerciales, souvent négligés, sont fondamentaux pour établir une relation de confiance avec un partenaire bancaire et avoir de meilleures chances d'accéder au crédit. Car ils sont en fait la première carte de visite d'une entreprise, qui doit se présenter sous son meilleur jour pour convaincre les prêteurs qu'elle fait bien les choses et qu'elle a devant elle une entité solvable.

Quels sont ces aspects de la gestion et de la planification des affaires en détail et comment nous aident-ils ? Nous en avons identifié quatre en particulier sur la base de nos échanges quotidiens avec des dizaines d'entrepreneurs. Il s'agit de quatre règles que l'entrepreneur doit toujours respecter pour préparer efficacement ses demandes de crédit auprès des banques, des consortiums de crédit et des sociétés de financement. Nous consacrerons un blog à chacun d'entre eux au cours des quatre prochaines semaines. Mais en attendant, les voici en un coup d'œil :

    Faire de la planification financière. La planification financière est une activité permanente menée par l'entrepreneur – ou les personnes impliquées dans la gestion financière de l'entreprise – pour analyser avec précision les dépenses et les recettes de l'entreprise afin de prévoir, le plus précisément possible, ses besoins en liquidités. Connaître le montant des liquidités dont nous avons besoin et les fins auxquelles elles doivent être utilisées nous aide à identifier exactement le bon type d'instrument financier.
    S'occuper des rapports de l'entreprise et mettre correctement à jour les données comptables. C'est l'un des indicateurs les plus importants de la fiabilité d'une entreprise. Bilans, déclarations, déclarations fiscales, factures, expositions bancaires : une documentation toujours ordonnée, constamment mise à jour et toujours disponible pour chaque besoin est une sécurité importante pour l'entrepreneur, qui peut ainsi toujours avoir le plein contrôle de la situation de son entreprise. Mais c'est aussi une excellente carte professionnelle à présenter à la banque (ou à d'autres prêteurs) lors d'une demande de crédit.
    Évitez toujours les événements négatifs et préjudiciables. Les événements négatifs sont ceux que l'on retrouve dans les tendances bancaires (les mauvaises créances, qui deviennent alors irrécouvrables et les découverts ou les retards de paiement). Mais aussi, dans les relations commerciales, les protestations, l'implication dans les procédures de faillite et d'insolvabilité ; les hypothèques légales, les saisies, les transcriptions légales devenues définitives. Il s'agit d'éléments qui décrivent un profil de risque très élevé de l'entrepreneur (et qui peuvent compromettre de nouveaux prêts).
    Connaître les garanties. Nous avons beaucoup entendu parler du Fonds de garantie du Mediocredito pendant l'année et demie de la pandémie, mais cet instrument est un outil de facilitation qui fonctionne également en dehors des périodes d'urgence comme celle que nous vivons actuellement. Son accès peut aider à obtenir un crédit plus facilement et à des conditions favorables. Le risque de crédit reste à la charge des entreprises, mais le fait que les banques soient garanties en cas d'insolvabilité les rend moins rigides dans l'octroi de crédits. Le Fonds n'est qu'un des instruments disponibles. Connaître toutes les possibilités est un avantage majeur.

 

Pas encore de Note.

Merci de Noter cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.